Modélisme ferroviaire: un concentré de vécu

Publié le par Le Ternois de service

Modele réduit     (Cliquez sur la photo pour accéder à l'album.)

 

Après Longueau dans le cadre de la première fête du rail, c’est dans son jardin que l’Association Ternoise de Modélisme Ferroviaire expose ce week end.

Venus de Chalindrey, Chartres, Compiègne, Creil, Chantilly ou encore Boulogne-Billancourt, vingt-trois exposants au total se partageront les 600 m2 de la salle omnisports de l’ancienne cité des cheminots.

Faute d’espace supplémentaire, l’ATMF a dû refuser des exposants qui ont du coup reporté leurs candidatures sur l’édition 2012 du rendez-vous. Sachez donc que les clubs de Chalons, Beauvais, Besançon, Strasbourg ou encore Epernay prendront leur tour dans deux ans.

« Nous opérons de toute façon un roulement des exposants afin de renouveler régulièrement le rendez-vous » remarque le président ternois Didier Servant.

« Renouveler », ce n’est pas en l’occurrence troquer des modèles anciens contre des modèles flambant neufs à la faveur d’une prime à la casse; c’est plutôt, chez les passionnés de modélisme, compléter, perfectionner… « Un circuit, ça se créé » lance Didier Servant qui paradoxalement, voit dans cette relation intime du « créateur » et de sa « création » l’une des difficultés majeures du modélisme à séduire une Jeunesse majoritairement plus encline aujourd’hui qu’hier à consommer sur le mode instantané. « Vous lancer un jeu sur Internet, c’est tout de suite! »

Rien à voir avec ce qui se passe sur les panneaux de bois nus qui finiront par former autant d’éléments d’un réseau extensible à volonté dès lors que chaque réalisation, qu’elle émane de Tergnier ou de Limoge, de Chantilly ou de n’importe où ailleurs, soit conforme aux normes collectivement définies. Là, on imagine et on réalise les infrastructures; on modèle le cadre et le paysage à grand renfort de matériaux de récupération; on y reconstitue les détails caractéristiques d’un site, d’un paysage, d’une région… Ces fragments de réseau miniaturisés sont un véritable concentré de vécu cheminot. « 70 % d’entre nous sont cheminots, retraités ou fils de cheminot » note Didier Servant. Et ne lui parlez pas de l’emprise de la nostalgie lorsque sonne l’heure de la retraite : presque la moitié de l’effectif ternois est constituée de cheminots actifs. Installé au pupitre, l’un d’eux manifeste dans le contrôle de la circulation de son « petit train » la même application que depuis son poste d’aiguillage en gare de Saint-Quentin. « Avec les technologies numérique et digitale, avec les ordinateurs, on peut contrôler son petit réseau depuis son fauteuil comme on régule la circulation sur le site de Tergnier depuis le P.R.S. »

A cette différence près, lorsque nous l’avons rencontré cette semaine, que la circulation sur le réseau de l’ATMF était parfaitement fluide.

  

Salle des sports de Quessy Cité, samedi 23 octobre de 14h à 19h et dimanche 24 octobre de 10h à 18h.

Entrée : 2,5€; gratuit pour les enfants de moins de douze ans accompagnés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article